Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 18:51

 

 

BernadotteEngagés en 1780 dans le régiment d'infanterie, il doit attendre la révolution pour entamer une ascension qui allait le voir monter en grade rapidement puisque il est général de brigade en 1794 sous les ordres de Kléber et contribue à la victoire de Fleurus. il participe à la campagne d'Italie et devient ambassadeur à Vienne l'année suivante.
après plusieurs éclipses dues à Sieyès, il devient gouverneur du Hanovre en 1803 et est nommé maréchal en 1804. Il participe à la bataille d'Austerlitz où il commande le premier corps de la Grande armée.
En 1806, il ne vient pas seconder Davout à Auerstaedt, ce qui fait dire à Napoléon qu'il devrait le faire fusiller.
il est gouverneur des villes hanséatiques en 1807et se fait apprécier des populations. En 1809, il commande le corps saxon pendant la campagne d'Autriche. il se fait rappeler vertement à l'ordre et retirer son commandement par Napoléon pour avoir publié un communiqué triomphaliste mais absolument dénué de fondement.il est appelé à en 1810 par les états généraux de Suède et devient prince héritier du royaume. de ce jour, il se comporte en adversaire déclaré de Napoléon et fait partie des différentes coalitions qui s'opposent à lui de 1812 à la chute de l'empire.
il devient roi de Suède en 1818 et règne jusqu'à sa mort, vingt six ans plus tard. personnage étonnant sous bien des aspects, c'est sans doute le seul roi qui a été enterré avec tatoué sur le bras " mort aux tyrans", souvenir des débuts révolutionnaires du" sergent belle jambe".

 

 

190px-Coat_of_Arms_of_Jean-Baptiste_Bernadotte.svg.png

Repost 0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 19:44

M-Massena2.jpgNé en 1758, celui qui sera surnommé "l'enfant chéri de la victoire", débute sa carrière à l'age de 13 ans.

A 17 ans, il s'engage dans l'infanterie, arme dans laquelle, il gravit tous les grades, jusqu'à celui de colonnel en 1792.

Il sert dans l'armée d'italieoù ilk est nommé général de brigade, puis divisionnaire.

Sa participation à la campagne d'italieest particulièrement brillante à Rivoli où son action décide de la victoire.

En 1798, il commande les troupes chargées d'occuper les états du Pape.

Il est nommé à la tête de l'armée d'Helvitie avec laquelle il remporte la victoire de Zurich contre les austro-russe en 1799.

Après être retourné en Italie pour y prendre le commandement de l'armée, il soutient vigoureusement, le siège de Gênes, mais il est  accusé de prévarication et doit rentré en France.

Il est nommé maréchal en 1804 et redevient commandant de l'armée d'Italie.

Il envahit le royaume de Naples en 1806 et est fait duc de Rivoli en 1808.

En 1809, il commande le 4ème corps et participe activement aux bataille d'Essling et Wagram. Il sera fait price d'Essling en 1810.

Il reçoit le commandement de l'armée du Portugalet affronte Le futur duc de Wellington. En 1811, il est disgracié et reste à l'écart des affaires pendant deux ans.

En 1813, il nommé gouverneur militaire de toulon. Il meurt en 1817.

 

Massena_Empire.gif

Born in 1758, who was nicknamed " the darling of the victory," began his career at the age of 13.
At 17, he enlisted in the infantry weapon in which he climbed all ranks to that of colonel in 1792.
He served in the army of Italy, where he was appointed brigadier general and divisional.
His participation in the campaign of Italy is particularly brilliant Rivoli where its action decides the victory.
In 1798, he commanded the troops sent to occupy the Papal States.
He was appointed head of the Army of Helvetia with which he won the victory of Zurich against the Austro-Russian in 1799.
After returning to Italy to take command of the army, he strongly supports the siege of Genoa, but he is accused of prevarication and has returned to France.
He was appointed Marshal in 1804 and becomes commander of the Army of Italy.
He invaded the kingdom of Naples in 1806 and is made Duke of Rivoli in 1808.
In 1809, he commanded the 4th Corps and actively participates in battle of Essling and Wagram. Will be made Prince of Essling in 1810.
He was given command of the Army of Portugal and faces the future Duke of Wellington. In 1811, he was disgraced and stays away from the business for two years.
In 1813, he appointed military governor of Toulon. He died in 1817.

Repost 0
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 07:00

220px-Erzherzog_Johann.jpg

 

 

 

Jean-Baptiste Joseph Fabien Sébastien d’Autriche (né le 20 janvier 1782 à Florence, mort le 11 mai 1859 à Graz) 13e fils de l'empereur Léopold II et de Marie-Louise de Bourbon, infante d'Espagne, frère de l'empereur François II.

 

L'archiduc Jean   a perdu le 3 Décembre 1800, la bataille de Hohenlinden et en 1805 a combattu les Français et les Bavarois. En 1808, il a organisé l'armée  d'Inner Autriche Tyrol et  la milice de la guerre du peuple contre Napoléon en 1809 , il soutient la révolte du Tyrol et prend le commandement de l'armée d'autriche intérieure contre Eugène de Beauharnais. Il a gagné la bataille de Sacile, mais a été défait à la bataille de Gyor. Après le Congrès de Vienne Jean dirigera également l' encerclement militaire des forts en Alsace et le siège  de la forteresse de Huningue en face de Bâle.

 

220px-Erzherzog_Johann_1859.jpg

 

Jean- Baptiste Joseph Fabian Sebastian of Austria (born January 20, 1782 in Florence, died May 11, 1859 in Graz) the 13th son of Emperor Leopold II and Marie - Louise de Bourbon, Infanta of Spain, brother of Emperor Francis II.

 

The Archduke John lost 3 December 1800, the Battle of Hohenlinden in 1805 and fought the French and Bavarians. In 1808 he organized the Army of Inner Austria Tyrol and the militia of the people's war against Napoleon in 1809, he supported the revolt of the Tyrol and took command of the army of inner austria against Eugene de Beauharnais. He won the battle of Sacile, but was defeated at the Battle of Gyor. After the Congress of Vienna Jean will also lead the military encirclement of the forts in Alsace and the siege of the fortress  of Huningue.

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 00:00

200px-Archdukecharles1Il rencontre son plus redoutable adversaire : le général Bonaparte (né le 15 août 1769), de deux ans son aîné, victorieux lors de la campagne d'Italie, qui allait franchir les Alpes noriques et se précipiter sur Vienne.

En 1797 il est envoyé pour arrêter la marche victorieuse de Bonaparte en Italie. Il engage avec lui sa première bataille sur les rives du Tagliamento, le 16 mars 1797, et lui oppose une résistance vigoureuse. Peu de jours après, au combat livré sur le col de Larvis, le prince affronte la mort avec un courage héroïque, et ne cède devant Masséna qu'après les efforts les plus opiniâtres.

Le général Bonaparte offre la paix à son rival par une lettre célèbre qui témoigne de son admiration pour le prince. Quelques mois après, la paix de Campo-Formio était signée.

Rentré en campagne en 1799, le prince Charles bat le général Jourdan à Osterach et à Stokach en Souabe : dans ce dernier combat, on le voit mettre pied à terre et charger lui-même à la tête de ses grenadiers. Passé en Suisse, il fait assaut de manœuvres et d'audace avec Masséna. Il revient bloquer Philippsburg, et remporte, le 22 novembre 1798, la bataille d'Heingheim. Il est à l'apogée de sa gloire lorsqu'il envahit la Suisse et vainc Masséna pendant la première bataille de Zurich, après quoi il rentre en Allemagne et repousse une fois de plus les Français au-delà du Rhin.

À la fin de cette campagne, écœuré de voir ses plans militaires sans cesse contrariés par le conseil aulique, le 17 mars 1800 en désaccord avec la politique menée à Vienne, il cède le commandement à son frère l'archiduc Jean-Baptiste, et se retire en Bohême.

Les victoires françaises le font bientôt rappeler au commandement de l'armée autrichienne, qui se trouvait alors désorganisée. Le général Moreau était à 30 lieues de Vienne. La bataille de Hohenlinden oblige l'archiduc vaincu à demander l'armistice à Steyr, le 25 décembre, armistice suivi de la paix de Lunéville.

Sa popularité est cependant telle que la diète de Ratisbonne, réunie en 1802, propose d'ériger une statue en son honneur et de lui donner le titre de sauveur de la patrie, mais Charles refuse ces preuves ostentatoires de reconnaissance.

Lors de la guerre de 1805, le prince Charles, qui s'était prononcé contre la guerre, et qui ne fut point consulté sur les plans de la campagne, reçut le commandement de l'armée réunie en Italie sur l'Adige, qui devait être l'armée principale, mais les évènements font de l'Allemagne le théâtre principal des opérations, et les défaites successives sur le Danube, neutralisent le succès obtenu par l'archiduc sur Masséna dans un combat désespéré à la bataille de Caldiero où il déploya toutes les ressources de son talent, et ramena intacte l'armée qui lui avait été confiée.

Après la Paix de Presbourg, il est nommé chef du conseil aulique de guerre et généralissime des armées (Generalfeldmarschal). Profitant de son prestige — il est le seul général s'étant montré capable de battre les armées françaises — il lance des réformes de grande envergure qui remplacent les méthodes désuètes du XVIIIe siècle. Il profite de la paix pour commencer un travail de réorganisation de l'armée, supprimant le service militaire à vie, instituant la conscription, interdisant les châtiments corporels, adoptant les tactiques françaises de combat. La nouvelle armée est surprise, en pleine réorganisation, par la guerre de 1809.
L'archiduc Charles d'Autriche à la bataille d'Essling (21-22 mai 1809)

Les premiers succès sont neutralisés par les revers de la bataille d'Abensberg, Landshut et Eckmühl. Après l'évacuation de Vienne, ont lieu les terribles batailles d'Aspern-Essling et Wagram, à l'issue desquelles les Autrichiens, bien que vaincus, infligent à l'empereur des Français une perte de plus de 50 000 hommes. Au combat sanglant d'Aspern, son courage est admirable : chaque fois qu'il voyait ses soldats fléchir, il sautait à bas de son cheval, saisissait un drapeau et les ramenait au combat. Metternich convainc alors l'Empereur de signer la paix de Schönbrunn

La nouvelle armée autrichienne a montré qu'elle était un adversaire plus redoutable que l'ancienne, face à l'armée trop hétérogène de Napoléon. Elle ne succombe qu'après une lutte désespérée. Cependant à la fin de la campagne, Charles, désavoué, renonce à toutes ses charges militaires. Sa dernière bataille est celle de Wagram.

Il vécut dans la retraite, emportant avec lui le renom d'un grand capitaine.

Comme son illustre rival Napoléon, il a retracé avec la plume les grandes choses qu'il avait exécutées avec l'épée, en consacrant une partie de ses loisirs à la composition de plusieurs ouvrages militaires fort estimés. Le prince Charles qui, mandataire de l'Empereur des Français, avait conduit à l'autel sa nièce, la jeune archiduchesse Marie-Louise d'Autriche devenue l'épouse de Napoléon, servit de guide et de protecteur au fils du grand homme qu'il avait combattu. Il entoura de soins et de conseils le duc de Reichstadt qui lui témoignait les sentiments d'une affection toute filiale.

 

 

e_archiduc_charles.png

 

 

the meeting when his most formidable adversary: ​​General Bonaparte (born August 15, 1769), two years her senior, victorious in the Italian campaign, which would cross the Alps and Noric rush to Vienna.

In 1797 he was sent to arrest the victorious march of Bonaparte in Italy. He agrees with him his first battle on the banks of the Tagliamento, March 16, 1797, and contrasts it with a vigorous resistance. A few days later, the battle fought on the neck of Larvis, Prince faces death with fortitude, and gives in Massena efforts after the most stubborn.

General Bonaparte offered peace to his rival by a famous letter that reflects his admiration for the prince. Some months later, the peace of Campo Formio was signed.

Returned to campaign in 1799, Prince Charles fights to General Jourdan and Osterach Stokach in Swabia: in this last fight, seen to dismount and load itself at the head of his grenadiers. Spent in Switzerland, it is assault and daring maneuvers with Massena. He returned Philippsburg block, and wins, 22 November 1798, the Battle of Heingheim. It is at the height of his fame when he invaded and defeated Massena Switzerland during the First Battle of Zurich, after which he returned to Germany and once again pushes the French beyond the Rhine.

At the end of this campaign, disgusted at seeing his military plans constantly thwarted by the Aulic Council, March 17, 1800 in disagreement with the policy in Vienna, he hands over command to his brother the Archduke John the Baptist, and retired in Bohemia.

French victories soon do remember the command of the Austrian army, who was then disrupted. General Moreau was 30 miles from Vienna. The Battle of Hohenlinden forces defeated Archduke to request an armistice in Steyr, December 25, armistice followed the Peace of Luneville.

Its popularity, however, as the Diet of Ratisbon, held in 1802, proposes to erect a statue in his honor and give him the title of savior of the country, but Charles refused these conspicuous evidence of recognition.

During the War of 1805, Prince Charles, who had voted against the war, and who was not consulted on plans for the campaign, was given command of the army assembled in Italy on the Adige, which was be the main army, but the events of Germany are the main theater of operations, and the successive defeats on the Danube, neutralize the success of the Archduke of Massena in a desperate fight in the Battle of Caldiero where he displayed all the resources of his talent, and brought back intact the army which had been entrusted.

After the Peace of Pressburg, he was appointed head of council of war and courtly generalissimo of the forces (Generalfeldmarschal). Taking advantage of his prestige - it is the only general having shown himself capable of beating the French armies - he launched major reforms that replace the outdated methods of the eighteenth century. He takes peace to begin a work of reorganizing the army, abolishing the military service for life, establishing conscription, prohibiting corporal punishment, adopting the French tactical combat. The new army was surprised in the midst of reorganization, for the war of 1809.
The Archduke Charles of Austria at the battle of Essling (21-22 May 1809)charles-2.jpg

The first successes are offset by setbacks in the battle of Abensberg, Landshut and Eckmühl. After the evacuation of Vienna, held the terrible battles of Aspern-Essling and Wagram, after which the Austrians, though defeated, inflict upon the French Emperor a loss of more than 50,000 men. The bloody battle of Aspern, his courage is admirable whenever he saw his soldiers bend, he jumped off his horse, grabbed a flag and brought them back into battle. Metternich then convinces the Emperor to sign the Peace of Schönbrunn

The new Austrian army showed that it was a more formidable adversary than the old, facing the army of Napoleon too heterogeneous. She succumbs after a desperate struggle. However at the end of the campaign, Charles, disavowed, renounced all its warheads. His last battle was that of Wagram.

He lived in retirement, taking with him the reputation of a great captain.

Like his illustrious rival Napoleon, he traced with the pen the great things he had executed with the sword, devoting part of his leisure to the composition of several military works highly esteemed. Prince Charles, agent of the French Emperor, led to the altar his niece, the young Archduchess Marie Louise of Austria, who married Napoleon, served as guide and protector to the son of that great man it had fought. He surrounded it with care and counseling the Duke of Reichstadt, who showed him the feelings of filial affection.

 

f_archiduc_charles4.png

Repost 0
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 09:40

DAVOUT.jpgCelui qui allait devenir le meilleur maréchal de l'Empire commence son apprentissage à l'école militaire de Paris à l'age de 15 ans. Acquis aux idées nouvelles, il est élu à la tête du 3ème bataillon des volontaires de l'Yonne.

Il est nommé général de brigade à l'armée de Moselle où il se signale en 1797.

L'année suivante, il participe à la campagne d'Egypte et se distingue dans plusieurs batailles.

Nommé général de division en 1800, il participe à la campagne d'Italie, puis reçoit le commandement des grenadiers à pied de la garde consulaire.

en 1804, il devient colonel général des grenadiers de la garde impériale en même temps il est elevé à la dignité de maréchal.baton

Il prends part à la bataille d'Austerlitz en 1805 et contribue à la victoire.

En 1806, il écrase l'armée prussienne forte de 50 000 hommes avec les 28000 hommes de son 3ème corps.

Nommé duc d'Auerstaedt en 1808, il sert brillamment en 1809, pendant la campagne d'Autriche et est décisif lors de la bataille de Wagram.

Il participe à la campagne de Russie et devient gouverneur de Hambourg en 1813.

Evincé par la restauration, il ne reprend ses activités, après avoir été ministre de la guerre durant les cent-jours, qu'en 1817.

Il devient pair de France en 1819 et meurt à Paris en 1823.

 

Man who would become the best marshal of the empire began his apprenticeship at the military school of Paris at the age of 15 years. The new ideas he was elected to head the third battalion of volunteers of the Yonne.

He was appointed brigadier general when he reported in 1797.

The following year, he participated in the Egyptian campaign and is distinguished in several battles.

Appointed major general in 1800, he participated in the Italian campaign, then was given command of the foot grenadiers of the consular guard.

in 1804 he became colonel-general of grenadiers of the Imperial Guard at the same time it is elevated to the rank of marshal.

He takes part in the battle of Austerlitz in 1805 and contributed to the victory.

In 1806, he crushed the Prussian army of 50,000 men strong with 28,000 men of his 3rd Army Corps.

Named Duke of Auerstadt in 1808, he served brilliantly in 1809, during the campaign in Austria and is decisive in the Battle of Wagram.

He participated in the Russian campaign and became Governor of Hamburg in 1813.

Ousted by the restauration, it resumes its activities, having been minister of war during the hundred days, in 1817.

He became a peer of France in 1819 and died in Paris in 1823.

 

Blason-de-davout.jpg

Repost 0