Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 09:23

 

Abensberg_.jpg

La bataille d'Abensberg(20 avril 1809)
 

Le 20 Avril, Napoléon a placé sous le commandement du maréchal Lannes, les divisions Morand et Gudin.

Le maréchal marchera contre l'archiduc Louis avec les troupes bavaroises et wurtembergeoises.

Pendant ce temps,la division Gudin, en collaboration avec la division Morand, a pris la route de Rohr par Reising et Buchhofen. Les deux divisions affrontent les troupes des généraux Thierry et Schusteck au village de Rohr, et les forcent à retraiter sur Rottemberg. Ils arrivent à la nuit, à Rottemberg.

Dans le même temps,le maréchal Lannes a obligé l'archiduc Ludwig à se replier sur Pfaffenhausen.

Ce jour-là, les français obligent les autrichiens à repasser le Isar à Landshut. La ville est prise le 21, et les Autrichiens se replie sur l'Inn.

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 00:00

encre 2

 

L'Autriche, à peine remise de sa défaite de 1805, profite de l'absence de Napoléon, occupé en Espagne, pour se preparer à la guerre.

En dépit des assurances de paix faites par l'ambassadeur d'Autriche à Paris, Napoleon a renforcé l'armée du Rhin sous les ordres du maréchal Davout. C'est lui, par sa position, qui devra s'opposer aux progrès de l'armée autrichienne. Il a donné l'ordre de se déplacer  de la Saxe vers la Franconie, et de fixer son quartier général à Würzburg. Dans le même temps, il ordonne la création d'une quatrième division pour le 3ème corps.200px-Archdukecharles1

L'empereur organise son armée en trois corps de 50.000 hommes chacun. Davout commmande le 3e Corps et garde ses trois divisions (surnommé la X légion) ainsi que les cuirassiers de Saint-Sulpice, une division de cavalerie légère, et la quatrième division, sous le commandement du général Demont, formé à partir des quatrièmes bataillons du corps d'armée.

Le 7 Avril, la division Gudin était cantonnée sur la route de Bamberg à Nuremberg, entre Kratshoff et Bamberg. Le l0, elle arrive  à Neumark. Au même moment, l'armée autrichienne traverse l'Inn, près de Braunau, se déplaçant entre Donauworth et Regensberg. Gudin arrivé à Regensberg et il  rejoint le corps d'armée.

Napoléon, arrivé le 17 à Donauworth pour prendre le commandement de l'armée, a immédiatement donné l'ordre à Davout d'évacuer Regensberg, laissant le 65ème régiment de ligne pour former une garnison, et de marcher vers  le Danube pour rejoindre à Abach et Ober- Saal, au voisinage de Abensberg.

davoutLa division Gudin passe sur  la rive droite du Danube le 18 Avril .Le 19, le  3eme corps marche sur quatre colonnes sur Abensberg. La 3e division marche par Burg-Weinting, Wolkering, Saalhaupt et Ober-Feking, pour atteindre les hauteurs qui séparent le Gross-Laber du Danube et donc arrivé en face Abensberg. Cette marche permet à Davout de rejoindre les Bavarois. La division Gudin, qui forme la tête de la colonne de gauche, se trouve en contact avec les troupes autrichiennes  de Rosemberg. 

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 17:54

 

gudin.jpg

 

En 1804, Napoléon Ier lui confie la 3e division du corps de Davout avec laquelle il fait la campagne d'Autriche de 1805, et celles de 1806 et 1807 en Prusse et en Pologne. Dans la Grande Armée, de 1805 à 1807, il est blessé à Auerstaedt, participe à la bataille d'Eylau. Entre 1805 et 1813 il partage le commandement des divisions du 3e corps avec les généraux Friant (1e division) et Morand (2e division). Ils étaient surnommés par Napoléon "le brelan".
En 1809, Gudin, commandant la droite du corps de Davout, se fait remarquer aux affaires de Tann et d'Abensberg notamment avec des élans offensifs dignes de l'Empereur. Il passe avec sa division sous les ordres de Lannes, et développe de grands talents militaires aux batailles d’Eckmühl et de Regensberg. Après avoir enlevé l'une des îles du Danube, située en avant de Presbourg, il reçoit le grand aigle de la Légion d'honneur le 14 août 1809. Enfin, il prend une part glorieuse à la bataille de Wagram, où il est blessé.

Le général Gudin se distingue particulièrement au début de la campagne de Russie. À la bataille de Valutino (19 août), au moment où sa division, qui venait de culbuter le centre de la colonne russe, allait s'emparer de la position ennemie, il est frappé d'un boulet de canon qui lui emporte les deux jambes.

Il meurt à Smolensk, le 22 août 1812, des suites des blessures reçues au combat de Valutino. Il était l'ami du maréchal d'Empire Davout. Il était personnellement connu et estimé de Napoléon, qu'il avait connu à Brienne.

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 17:42

riese.jpg

 

Riese, Friedrich Freiherr von

 

né le 17??
mort le 17septembre1833

Promotions
Major: ??
Oberstleutnant: ??
Oberst: ??
Generalmajor: 15.08.1808
Retraite: 1809

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 17:37

FROHLICH

 

    Fröhlich, Franz Freiherr von
 
Né à Belovár en Croatie en  1771
mort à Troppau en Silesie le 17 mai 1813


Carrière :
Major: 13 octobre 1803
Oberstleutnant : 27 novembre 1805
Oberst : 01 novembre 1807
Generalmajor : 24 mai1809

Décorations :
Ordre de Marie Théreze : 24 octobre1809

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 11:44

mayer 1

Joseph Georg Ritter von Mayer

Né en 1767 en Hongrie
Mort le 20 septembre 1813 en Galicie.


Carrière:
Major en 1800.
Lieutenant colonnel en 1801.
Colonnel en avril 1804.
General major (général de brigade) le 15.08.1808.

Décoration:
Ordre de Marie thérèze en 1810 (chevalier).
Ordre de Leopold en1809 (chevalier).

 

mayer 21

 

mayer 20

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 17:25

 

 

 

 

 

150px-Johann_Freiherr_von_Hiller.JPG

 

 

Joseph- Armand Ritter von Nordmann est un officier français de l'armée royale. Il a prêté allégeance à l'Autriche à la Révolution française, comme d'autres émigrés français. au service de l'autriche, il a combattu avec compétence contre son ancien pays pendant les guerres de la Révolution et lde l'empire.

 Colonel dans l'armée française, il quitte la france en 1793. Après avoir combattu au coté des émigrés, il devient officier autrichien en 1798. Après avoir commandé un régiment de cavalerie pendant plusieurs années, il est promu au grade de officier général. En 1805, il dirige une division avec le grade de général de brigade. En 1809, il est promu général de division.
Il meurt le 6 juillet 1809 à la bataille de Wagram.

 

800px-Napoleon.Wagram.jpg

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 19:58

102 0007

 

Vécsey est devenu célèbre pour avoir dirigé de l'avant à la française. Il est devenu Oberst (colonel) du 3ème régiment de hussard de l'archiduc Ferdinand . il a participé à la bataille de Caldiero, les 29-31 Octobre 1805 lors  de la troisième coalition. Le 14 Août 1808, il a été promu général-major.  En 1809, pendant la guerre de la Cinquième Coalition, il reçut le commandement d'une brigade dans le 2ème corps d'armée autrichien  dirigé par  Kollowrat. Sa brigade comprenait le 7ème et  8ème bataillon deJäger, le 2ème bataillon de la Légion archiduc Charles, le 5ème régiment de chevau légers Klenau, et une batterie de  brigade de canon de 6 livres. Le commandant de la division était le général Johann von Klenau.  Au début de la campagne, sa brigade a été détaché de son corps d'armée.

Lors de la bataille d'Aspern-Essling les 21 et 22 mai 1809, Vécsey a dirigé une brigade de cavalerie composé du régiment de chevau légers Vincent et le Chevau légers Klenau. Son commandant était le général Michael von Kienmayer.  Lors de la bataille de Wagram, le 5 et 6 Juillet, il commande une brigade de l'avant garde commandé par  Armand von Nordmann.  Il a été mortellement blessé en menant ses hommes au cours de la deuxième journée de la bataille. Il est mort à Mikulov (Nikolsburg) en Bohême le 21 Juillet 1809. Vécsey est l'un des quatre généraux autrichiens tués ou mortellement blessé à Wagram.

 

AUSgnlKn.jpg

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 20:37

General_Jean_Louis_Brigitte_Espagne.jpg

 

Passé en 1806 à l'armée de Naples, il eut pour mission de faire rentrer dans le devoir les insurgés calabrais, commandés par Fra Diavolo, le plus déterminé et le plus féroce des galériens que Sidney Smith, repoussé de l'île de Procida, avait débarqués sur le territoire napolitain, pour venger sa défaite par le meurtre, le pillage et l'incendie.

Quelque temps après, rappelé à la Grande Armée, Espagne y reçut, le 22 novembre 1806, le commandement de la 3e division de cuirassiers, avec laquelle il prit, le 10 juin 1807, une part glorieuse, et fut grièvement blessé à la bataille d'Heilsberg, L'Empereur saisit cette occasion pour récompenser ses services en le faisant, le 11 juillet, grand officier de la Légion d'honneur, puis, en 1808, comte de l'Empire.

Ce fut en opérant une des charges qui décidèrent le succès de la bataille d'Essling, les 20-22 mai 1809, qu'Espagne fut frappé par un boulet. Porté dans l'île Lobau, il y mourut le soir du 21 mai, des suites de sa blessure. Sa statue équestre, que l'empereur, par décret du 1er janvier 1810, destinait à décorer le pont de la Concorde, a été transportée en 1816 à l'hôtel des Invalides. Son nom est inscrit sur le côté Est de l'arc de triomphe de l'Étoile.

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 20:33

grande12.jpg

 

De 1803 à 1805, il sert dans l’Armée des côtes de l’Océan. Le colonel Grandeau est affecté avec son régiment au camp de Bruges en 1803, pour y être promu général de brigade le 29 août de la même année. Il sera affecté au camp de Bruges jusqu’au 24 septembre 1805. Nommé commandant de la 3e brigade de la 2e division d'infanterie du corps de la Grande Armée, le 24 septembre 1805, il commande cette brigade jusqu’au 1er avril 1807. Le 1er avril 1807, Grandeau prend le commandement de la 2e brigade de la 2e division d'infanterie du 3e corps de la Grande Armée, puis à partir du 12 octobre 1808, de l'Armée d'Allemagne. Il du 1er avril 1807 au 30 mars 1809. En 1808, le général Grandeau se distingue particulièrement à la bataille d'Auerstadt3, en appuyant la prise du plateau d'Eckartsberg dans un combat près du bois, où, à la tête des troupes sous ses ordres, il soutient vaillamment les attaques de l’ennemi.

Le 30 mars 1809, le général Grandeau est nommé commandant de la 3e brigade de la 2e division d'infanterie du 3e corps de la Grande Armée, fonction qu’il assume jusqu’au 1er avril 1811. Il prend ensuite le commandement de la 1re brigade de la 2e division d'infanterie du 3e corps de la Grande Armée du 1er avril 1811 au 18 juin 1811. À partir du 18 juin 1811 et jusqu’au 24 août 1812, le général Grandeau commande la 2e brigade de la 2e division d'infanterie du 3e corps de la Grande Armée. Il sert alors avec son régiment dans la Grande Armée, en Russie. Grandeau se distingue à la bataille de Smolensk, où sa conduite exemplaire lui valut le grade de général de division le 24 août 1812.

Le général Grandeau est nommé gouverneur de la place de Smolensk, en Russie, du 24 août 1812 au 10 février 1813, puis gouverneur de Stettin du 10 février 1813 au 16 février 1813. Il commande alors la 31e division du 11e corps de la Grande Armée, mais doit bientôt quitter son poste pour raison de santé. En 1813, après la retraite de Moscou, le général Grandeau d’Abancourt se replie avec ses hommes sur Stettin. Il y forme une garnison de 9 000 hommes, y repoussant constamment les attaques dirigées contre cette place, durant la campagne de 1813. malgré ses efforts, il est fait prisonnier de guerre, le 5 décembre 1813.

Rentré en France de captivité le 9 juin 1814, il est mis en disponibilité. Le 1er septembre 1814, Grandeau reprend du service actif dans les départements des Côtes-du-Nord et du Finistère, où il commande la 2e subdivision de la 13e division militaire. Pendant l’épisode des Cent-Jours, le 31 mars 1815, Grandeau est mis en disponibilité jusqu’au 8 juin 1815. À cette date, Grandeau est nommé commandant de la place de Besançon (Doubs), poste qu’il occupera jusqu’au 11 août 1815.

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article