Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 06:29

barbanegre.jpg

 

Joseph Barbanègre est né à Pontacq, dans les Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques) le 22 août 1772.
D’abord marin, il s’engage au 5ème bataillon des volontaires des Basses-Pyrénées en 1794. Blessé, il est réformé puis remis en activité au sein du 1er bataillon auxiliaire de la Gironde. Affecté avec la grade de capitaine à l’armée du Rhin au début de l’année 1800, il passe dans l’infanterie de la garde consulaire puis aux chasseurs à pied de la garde.

Intégré à la division Friant du 3ème Corps, il est nommé colonel du 48ème de ligne le 9 août 1805. Il participe à la bataille d’Austerlitz, au cours de laquelle son régiment défend le château de Sokolnitz face au général Langeron. Dans son ouvrage sur Austerlitz (Paris, Fayard, 2005), Jacques Garnier cite une relation anonyme écrite par un témoin des évènements : « On comprendra aisément qu’en débouchant sur le terrain après une aussi pénible marche, le général Friant n’avait à sa suite que des têtes de colonnes composées, bien entendu, des meilleurs marcheurs ; et l’on remarquera qu’avec d’aussi faibles moyens, et sans attendre le gros de sa division, il attaqua l’ennemi qui, toutefois et d’abord, le contraignit à reculer jusqu’à ce qu’enfin, sa division étant réunie, il portât les plus rudes coups à ses adversaires, particulièrement dans le village de Sokolnitz où le 48ème régiment d’infanterie de ligne fit des prodiges : un de ses bataillons s’était embusqué dans les granges et les étables de ce village d’où il foudroya les Russes à bout portant lors de leur dernière tentative pour reprendre ce point tant disputé de part et d’autre ». Le général Friant rend un hommage mérité à Barbanègre : « Le colonel Barbanègre, bien digne de commander au 48e, un de ceux qui ont le plus longtemps combattu à Sokolnitz, qui a fait mettre bas les armes à plus d’ennemis et, par conséquent, fait le plus de prisonniers ». Sa conduite vaut à Barbanègre d’être fait Commandeur de la Légion d’honneur (25 décembre 1805).
Bien évidemment, le colonel Barbanègre participe ensuite à la bataille d’Auerstaedt (brigade Kister), au combat de Nasielsk (24 décembre 1806) où il se conduit d’une « manière bien distinguée » (rapport de Friant) puis à la terrible bataille d’Eylau (brigade Grandeau) avec la division Friant. Nommé général de brigade le 21 mars 1809, il est affecté à la division Morand ; pour peu de temps, puisqu’on le retrouve encore sous Friant, à la tête du 48ème et du 11ème de ligne, à la bataille d’Eckmühl (au cours de laquelle il repousse les assauts de Rosenberg), à Ratisbonne et à Wagram. Le général Barbanègre est créé baron de l’Empire le 20 août 1809.

ntégré au 1er corps de la Grande Armée (Davout) qui traverse le Niemen, il reçoit le commandement de la place de Smolensk (2 septembre 1812). Le général Barbanègre s’illustre particulièrement au combat de Krasnoë au cours duquel il est blessé deux fois. En janvier 1813, il reçoit le commandement de la place de Stettin mais est fait prisonnier lors de la chute de la place le 5 décembre 1813. Il ne rentre de captivité que le 13 juillet 1814. Il est fait chevalier de Saint-Louis et mis en non-activité peu après.

Adjoint à l’Inspecteur général d’infanterie pour les Cent-Jours, il reçoit le commandement de la ville d’Orléans le 25 mars 1815 puis de la place d’Huningue le 3 mai. C’est là qu’il se couvre de gloire du 28 juillet au 26 août 1815, en résistant, avec seulement 295 hommes, à l’armée de l’archiduc Jean (30.000 hommes). Refusant d’abord de reconnaître l’armistice, il ne capitule, avec les honneurs de la guerre, qu’à la condition que la garnison puisse rejoindre l’armée de la Loire. Un tableau de Detaille illustre ce fait d’armes : les assiégés français sortant fièrement sous les regards stupéfaits des Autrichiens. On peut penser que les exemples heureux de Davout à Hambourg, et de lui-même, plus malheureux, à Stettin ont dicté la conduite valeureuse de Barbanègre à Huningue.

 

Armes_de_Joseph_Barbanegre.gif

 

Joseph Barbanegre was born in  Pontacq, in the Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques) August 22, 1772.
First sailor, he joined the 5th battalion of volunteers of the Basses Pyrenees in 1794. Wounded, he is reformed and returned to activity within the first auxiliary battalion of the Gironde. Assigned with the rank of captain in the army of the Rhine in early 1800, he spent in the infantry of the consular guard and then walk to the hunters of the guard.

Integrated into the Friant Division of the 3rd Corps, he was appointed colonel of the 48th of August 9, 1805 online. He participated in the battle of Austerlitz, in which his regiment defended the castle against General Langeron Sokolnitz. In his book Austerlitz (Paris: Fayard, 2005), Jacques Garnier cites an anonymous relationship written by a witness of events: "We easily understand that leading to the ground after such a difficult march, General Friant had to its sequel as headers made, of course, the best walkers, and you will note that with such simple means, and without waiting for the bulk of his division, he attacked the enemy, however, and First, forced him to retreat until finally, having met his division, he wore the most severe blows to his opponents, particularly in the village of Sokolnitz where the 48th regiment of line infantry did wonders: one of his battalion was ambushed in the barns and stables of the village where he glared the Russians at close range at their last attempt to regain this point as played by both sides. " General Friant makes a fitting tribute to Barbanègre: "Colonel Barbanègre, well worthy of commanding the 48th, one of those who fought in the longest Sokolnitz, who did lay down their weapons more enemies and therefore , made the most prisoners. " His conduct is to be Barbanègre Commander of the Legion of Honour (December 25, 1805).
Of course, Colonel Barbanègre then participated in the battle of Auerstadt (Kister Brigade), Combat Nasielsk (December 24, 1806) where he led a "very distinguished manner" (report Friant) then the terrible battle Eylau (Grandeau Brigade) with the Friant Division. Promoted to brigadier general March 21, 1809, he was assigned to the division Morand for some time, it is found again in Friant, to head the 48th and 11th line, the battle Eckmühl (at during which he repulsed the Rosenberg), in Regensburg and at Wagram. General Barbanègre was created Baron of the Empire August 20, 1809.

ntégré 1st Corps of the Grand Army (Davout) that crosses the Niemen, he was given command of the square of Smolensk (September 2, 1812). General Barbanègre particularly distinguished himself in battle of Krasnoe during which he was wounded twice. In January 1813 he was given command of the place of Stettin but was taken prisoner at the fall instead of December 5, 1813. He did not return from captivity on 13 July 1814. He was knighted in St. Louis and placed on the retired shortly thereafter.

Deputy Inspector General of Infantry for the Hundred Days, he was given command of the city of Orleans March 25, 1815 and the establishment of Huningue May 3 There he covered himself with glory from July 28 to August 26, 1815, by resisting, with only 295 men to the army of the Archduke John (30,000 men). Refusing at first to recognize the armistice, he capitulated with honors of war, on condition that the garrison could join the army of the Loire. A table illustrates Detaille this feat of arms: the besieged French out proudly under the eyes of stunned Austrians. Presumably the happy examples of Davout in Hamburg, and of himself, more unfortunate, in Stettin dictated the valiant conduct of Barbanègre Huningue.

Partager cet article

Repost 0
Published by LOKEN 32 - dans Histoire
commenter cet article

commentaires